Browsers that can not handle javascript will not be able to access some features of this site.

 

 

 

Nous contacter: wgactu-mcourante@yahoo.fr, sur lepost.fr, http://www.lepost.fr/perso/wgactu/Imprimer AM Imprimer amicalement   Version texte seulement Text Version   Partager.

DERNIERE AUDIENCE PAR DEVANT LA JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES PRES DU TGI DE NICE

Justice information actualité affaires injustice

La photo ci contre, est celle de la jeune juge aux affaires familiales nouvellement affectée sur Nice

                                

 AUDIENCE DU 24 NOVEMBRE 2014

Le 24 novembre 2014, nous nous sommes présentés par devant le juge aux affaires familiales Mme Delphine Haubensack, nouvellement affectée sur Nice.

1- Première surprise : (Mme H.B) marchait difficilement à l'aide d'une canne en main.

2- Son avocate demande immédiatement le renvoi au motif d'une prétendue grève des avocats. Mieux, elle prétend avoir informé (M. G.) qu'elle entendait solliciter un renvoi.

En réponse, (M.G.) a balayé du revers de la main cette demande de renvoi en démentant catégoriquement les insinuations farfelues de cette avocate adverse : Aucune information ne lui avait été communiquée sur une quelconque demande de renvoi martèle t-il, raison d'ailleurs pour laquelle il fit le voyage de Paris jusqu'à Nice. Il a exigé les preuves de cette communication:

Et comme d'habitude, en réponse, les preuves qui lui sont fournies , ne sont que des transmissions de mail vers un cyber café de Paris.

La jeune magistrate réagit vivement en s'adressant à l'avocate adverse Maître Dufau Breyton : " Mais, il ne réside pas dans un cybercafé, il a une adresse !"

Voilà encore une fois, ce qu'est un débat contradictoire pour cette avocate car : Pour gagner quelques centimes, elle fait abstraction des communications postales des pièces de procédures en ayant recours à des communications électroniques qui ne correspondent pas souvent à l'adresse de son adversaire mais plutôt à celle du cyber café.

Tout cybercafé utilisé pour lui adresser des pièces est dès lors considéré comme l'adresse principale de résidence de son adversaire.

Evidement, cette demande de renvoi est un moyen dilatoire pour la simple raison que l'enfant aura 18 ans en juin 2015.

Au regard de cette situation dilatoire et surtout les conditions physiques dans lesquelles s'est présentée (Mme H.B.) (avec une canne), M.G a choisi se désister dans l'attente de plus ample information sur la situation de santé de (Mme H.B).

Immédiatement, l'avocate adverse dit vouloir maintenir son appel reconventionnel pour impressionner en évoquant qu'elle a engagé des frais et que par conséquent, qu'elle sollicite l'application de l'artcle 700 du NCPC.

Le magistrat a trouvé cette demande absurde car dans les affaires familiales, l'article 700 est rarement appliqué et que s'il est appliqué, il n'est pas exécutoire de plein droit car le jugement est susceptible d'un recours devant la cour d'appel, ce qui engagerait des frais supplémentares à sa cliente..

(M.G) monte au créneau en arguant que si l'appel reconventionnel est maintenu, qu'il maintient aussi l'appel principal....plafff

Panique chez l'avocate adverse : Elle dit : "dans ce cas je me désiste aussi".

Nous reviendrons sur le problème découvert sur "(Mme H.B avec une canne pour l'aider à marcher) : Est-ce un scénario ou une réalité ? ahahah, son avocate est capable de tout scénario ce d'autant qu'elle est aussi comédienne dans sa vie privé !

Est-ce que le temps vient donner raison à (M.G.) si l'histoire de canne s'avère vraie ? Ce dernier s'étant battu avec virulence pour sauver le pied de (Mme H.B)...........affaire en suite !!!!!!

FLASH FLASH

 


 



 





Miss benin video


Blog
Fri. 04/23/10
wgactusur le post
Top justice
email
28/04/10
wgactuContact
Pour plus de détailVoir E-mail : x 2

Nous contacter